20210427 Speaking SafeNickel with Anthony - Header.png

Retourner à Informations et articles

SafeNickel : de la parole à l’acte, une conversation avec Anthony

Auteur: Glencore Canada | Date: 27/04/2021

La priorité absolue de Glencore consiste à protéger la santé et le bien-être de ses employés. Pour y parvenir, nous devons cibler et gérer les dangers pour la santé et la sécurité dans notre milieu de travail. Afin de nous aider à atteindre ce but, nous avons lancé l’initiative SafeWork qui vise à offrir une base commune sur laquelle bâtir notre culture de sécurité à l’échelle mondiale.

À notre division Nickel, nous avons adapté SafeWork sous le nom de SafeNickel, en appui aux programmes et aux protocoles de sécurité propres à chacune de nos installations.

Dans la série SafeNickel : de la parole à l’acte, nous communiquons avec des employés de Glencore Canada pour leur parler de SafeNickel et de la sécurité en général. Dans cette entrevue, nous discutons avec Anthony, coordonnateur – Environnement, de Mine Raglan.

Glencore Canada : Que signifie SafeNickel pour vous ?

Anthony : SafeNickel signifie produire du nickel en toute sécurité. Si ce n’est pas le cas, nous devons arrêter ce que nous faisons et nous organiser pour trouver des moyens de travailler en toute sécurité. Lorsque nous voyons une situation dangereuse, nous devons avoir le courage de la signaler en agissant comme participant. Il est évident que cela gruge du temps, mais il est important de le faire. En fin de compte, vous ne voulez pas qu’un collègue soit blessé et que vous vous disiez par la suite « j’aurais dû faire quelque chose pour corriger la situation ».

Lorsque nous voyons une situation dangereuse, nous devons avoir le courage de la signaler en agissant comme participant. Il est évident que cela gruge du temps, mais il est important de le faire. En fin de compte, vous ne voulez pas qu’un collègue soit blessé et que vous vous disiez par la suite « j’aurais dû faire quelque chose pour corriger la situation ». 

Anthony, coordonnateur – Environnement

Glencore Canada : Quels changements avez-vous remarqués avec l’utilisation de normes de sécurité comme les protocoles relatifs aux dangers mortels ?

 

Anthony : J’ai vu comment la santé et la sécurité ont évolué depuis ma première visite sur le site en tant qu’étudiant, à l’été 2005, pour travailler au laboratoire, de même que dans mes fonctions à titre de membre du service d’incendie et de premier intervenant. Il arrivait que nous nous habituions à certains environnements de travail et que nous ne percevions pas les risques, mais ils étaient toujours présents. L’un des changements les plus importants que l’utilisation des normes de sécurité a apportés, c’est qu’elles nous ont encouragés à réfléchir à la façon de gérer ces risques. Par exemple, dans notre milieu de travail, il y avait des risques liés au travail en hauteur. En procédant à des ajustements, nous avons pu éliminer les risques à la source : nous avons adapté nos méthodes de travail, de sorte que nous n’avons plus à travailler en hauteur.

Glencore Canada : Pouvez-vous donner un exemple de la façon dont les normes de sécurité ou l’approche des protocoles relatifs aux dangers mortels ont ajouté de la valeur à Mine Raglan ? 

 

Anthony : La santé et la sécurité nécessitent une bonne planification, une bonne organisation et une bonne communication, quelle que soit la tâche que je dois accomplir au travail ou à la maison. Lorsque vous prenez le temps de bien planifier, vous améliorez les chances que le reste se passe bien ! Au fil des ans, je constate à quel point nous avons amélioré nos pratiques au sein du service de l’Environnement. Ces petites améliorations graduelles nous ont permis d’être où nous sommes aujourd’hui. J’essaie toujours de simplifier les tâches et de supprimer les risques à la source afin d’éviter les accidents. Repérer et corriger les situations dangereuses que j’observe dans ma vie quotidienne fait partie de ma culture à Mine Raglan.
 

On a tendance à tenir notre bonne santé pour acquise. Mais dès qu’on se blesse, quel que soit le type de blessure, on perd notre autonomie, ce qui peut vraiment affecter notre vie. C’est pour ça que j’essaie de toujours apporter à mes collègues tout mon soutien, en particulier aux nouveaux travailleurs qui ne voient pas nécessairement tous les risques.

Anthony, coordonnateur – Environnement

Glencore Canada : Quelles sont vos préoccupations actuelles en matière de sécurité et comment contribuez-vous à prévenir les accidents ? 

 

Anthony : Personne ne veut se blesser et je ne veux pas voir un ami se blesser au travail. Je sais ce que c’est que d’avoir une blessure grave. On a tendance à tenir notre bonne santé pour acquise. Mais dès qu’on se blesse, quel que soit le type de blessure, on perd notre autonomie, ce qui peut vraiment affecter notre vie. C’est pour ça que j’essaie de toujours apporter à mes collègues tout mon soutien, en particulier aux nouveaux travailleurs qui ne voient pas nécessairement tous les risques. Lorsque je forme les autres, j’aime prendre le temps d’expliquer pourquoi nous faisons les choses de cette façon pour qu’ils comprennent l’importance de nos mesures de sécurité. Cela permettra d’éviter qu’ils ne soient blessés.

Glencore Canada : Votre comportement face à la sécurité a-t-il évolué depuis que vous travaillez à Mine Raglan ?

 

Anthony : La santé et la sécurité sont une préoccupation constante pour nous. Ce sont nos expériences et nos connaissances qui nous guident dans nos comportements et nos actes quotidiens. J’ai récemment effectué des travaux de construction à la maison et mon fils voulait m’aider. Mais avant de commencer à travailler avec moi, il devait avoir son propre équipement de protection individuelle. C’est la même chose quand nous avons une bataille de balles de mousse à la maison; nous devons d’abord mettre nos lunettes et ensuite ouvrir le feu !