20200609 Raglan Mines Closure Plan Integrates Traditional Knowledge to Address Environmental Concerns - Man walking on tailings.jpg

Retourner à Informations et articles

Mine Raglan intègrent les connaissances traditionnelles afin de répondre aux préoccupations environnementales

Auteur: Glencore Canada | Date: 09/06/2020

Il n’est jamais trop tôt pour planifier la fermeture d’une mine qui, au Canada, doit se faire avant que celle-ci n’entre en production. Mine Raglan, de Glencore, est en exploitation depuis plus de 20 ans et ses activités devraient se poursuivre pendant encore au moins 20 ans, mais l’entreprise a déjà pris des mesures pour assurer la mise en place de plans de fermeture efficaces, qui prennent en compte la rétroaction importante de la communauté inuite locale.

Grâce à une collaboration fructueuse avec les communautés locales et au dialogue entretenu avec ses cinq partenaires inuits, Mine Raglan trace la voie d’une gestion de l’environnement efficace sur le long terme. En 2005, le Comité directeur de Raglan a été créé afin d’élaborer un concept de gestion des résidus, des stériles et de l’eau adapté aux besoins de Mine Raglan, en plus de tenir compte de l’incidence attendue des changements climatiques. En 2018, le Comité directeur de Raglan avait évolué pour devenir officiellement le Sous-comité des plans de fermeture afin de maintenir davantage le dialogue avec les partenaires inuits au sujet de la fermeture de la mine et de s’assurer que les connaissances traditionnelles sont bien intégrées dans la planification au même titre que les considérations scientifiques concernant les changements climatiques.

Mine Raglan est située dans le Grand Nord du Québec.

Les efforts de Mine Raglan vont bien au-delà des exigences légales en ce sens que l’impact social de la fermeture de la mine sur la population locale est non seulement pris en compte, mais constitue en fait le fondement du succès. Comme la voix de chacune des parties prenantes est entendue et que les connaissances traditionnelles jouent un rôle clé, les plans de fermeture sont parfaitement en mesure de fournir un cadre positif accepté et compris par toutes les parties intéressées. 

Ce programme a non seulement permis de créer un sentiment de fierté et d’accomplissement grâce à de bonnes pratiques communautaires intégrées dans la fermeture de la mine, mais son succès a déjà permis de lancer l’idée de mettre sur pied un microprogramme universitaire qui réunirait à la fois communautés inuites, acteurs de l’industrie et scientifiques de haut niveau.